surlescocottes

ride, dev & other stories

Transition - partie 1

3124, c’est le nombre de kilomètre parcouru en 2019 en quelques 80 sorties. Un peu de déception de ne pas avoir pu en faire davantage notamment avec un objectif de 3500km. En cette nouvelle année, il est temps d’en tirer des leçons, de revenir sur les bonnes sorties et cyclosportives réalisées.

Schleck Medio Fondo, la mise en bouche

schleck medio fondo dénivelé Une partie plate agréable à l’allé et une belle grimpette avant d’en finir

J’ai découvert cette cyclo’ en 2018. Le parcours était un chouia plus petit (85 km contre 100 sur cette édition) ce qui permet de prendre ses repères lorsqu’on participe pour une première fois à une course car il ne faut pas se leurrer, on a envie d’en découdre et plus c’est court, mieux c’est.

J’arrive donc sans prétention particulière d’objectif, juste profiter du paysage, se laisser emmener (mention spéciale à celui qui s’est mis à gueuler “ah bah on est bien au chaud derrière, fainéant !”) et prendre un max de plaisir.

Sa part fort, il faut faire attention à ne pas se laisser déborder par l’euphorie générale du départ. Au bout de quelques kilomètres, les groupes commencent à se former et je trouve enfin mon rythme de croisière. Contrairement à l’année dernière, je suis moins généreux sur les relais pour ne pas finir cramer et ce fût plutôt bénéfique avec les quelques 1100 mètres de dénivelé positif.

Comme je n’avais pas du tout l’intention de faire un classement (il ne faut pas se leurrer, avec 30 de moyenne on est loin, très loin) ce qui permet de s’arrêter à chaque ravito’ et faire le plein tout en échangeant quelques mots avec les autres participants. Qui veut aller loin ménage sa monture. Par chance, je roule depuis le début avec Francis, un type de mon groupe qui possède un sublime System Six, c’est donc naturellement que nous faisons nos arrêts ensemble.

schleck medio fondo Ne surtout pas louper le fléchage lors des croisements

Les 15 derniers kilomètres grimpent légèrement mais à ce stade de la course, les jambes sont plus lourdes et répondent moins bien aux sollicitations. Ca se fait donc au moral, au panache et avec Francis on s’échange quelques mots de motivations.

Kilomètre 96, c’est parti pour le final. Le paysage défile clairement plus rapidement et étrangement les jambes gagnent en fraicheur (que l’on croit), Super Francis appui sur les pédales et il faut le suivre.

Lui et son Cannondale cachaient bien leur jeu, ou alors l’appel de Bofferding a pris l’ascendant sur le coup de mou de la grimpette. Dernier kilomètre, il appui encore et je m’accroche à sa roue arrière tant bien que mal. On titille les 45 à l’heure et à ce moment là je me dis qu’il pourrait être amusant de lancer un sprint, mais les jambes trouvent l’idée nettement moins bonne puisqu’elles ont tout simplement refuser d’accélérer lorsque je me suis mis en danseuse.

On passe la ligne, heureux d’en finir avec Francis on s’en tape cinq. Rendez-vous en mai 2020.

Temps écoulé Distance Vitesse moyenne Vitesse max Dénivelé positif
03:36:30 101,43 29,16 70,92 1152,00